Comment Ali a-t-il été patient envers Omar qui a souillé le caractère sacré de sa femme?

Comment Ali a-t-il été patient envers Omar qui a souillé le caractère sacré de sa femme?

Comment Ali a-t-il été patient envers Omar qui a souillé le caractère sacré de sa femme? 1920 1080 The Office Of His Eminence Sheikh al-Habib

QUESTION:

Vous dites que l’Imam Ali n’a pas tué Omar après avoir souillé le caractère sacré de sa maison, de sa femme et de ses enfants simplement parce que le Messager d’Allah lui a ordonné de rester patient. Pour être honnête avec vous, un tel discours n’est pas du tout convaincant pour une personne neutre. C’est un devoir pour tout homme croyant de défendre le caractère sacré de son foyer et de sa famille, et s’il meurt en faisant cela, il mourra toujours en martyr. Alors comment pouvez-vous prétendre que le Messager d’Allah a ordonné à Ali de rester patient envers celui qui a souillé le caractère sacré de sa maison, de sa famille et de ses enfants?! Est-ce qu’un être humain rationnel dirait cela?!

Tout noble musulman aurait été obligé de tuer Omar lors d’un tel incident, surtout après qu’Omar ait tué Mohsin – comme vous le prétendez – alors comment le Messager d’Allah pourrait-il interdire à Ali d’accomplir un devoir aussi légitime?! Par Allah, répondez-moi, Cheikh!

De plus, vous dites que l’Imam Ali était très fort et puissant et qu’il pouvait tuer tous ses ennemis tout seul! Alors pourquoi n’a-t-il pas fait cela?! Allah ne dit-il pas:

Combats donc dans le sentier d’Allah, tu n’es responsable que de toi même, et incite les croyants (au combat) Allah arrêtera certes la violence des mécréants. Allah est plus redoutable en force et plus sévère en punition.
Le Coran 4:85

Cela signifie qu’il ne fera que s’imposer!!

Alors pourquoi devrait-il attendre l’achèvement du montant requis qui est de 40 hommes – comme vous le prétendez – alors que lui seul peut établir la justice?! Par ailleurs, la défense d’Ahlul-Bayt n’est-elle pas une obligation indépendante de la question du califat?

Disons que je suis d’accord avec vous que le Messager d’Allah lui a ordonné de garder le silence sur la question du califat parce qu’il devait attendre que les gens le soutiennent – avec au moins 40 hommes (bien que je ne sache pas pourquoi exactement 40 hommes, ni ne connaisse les preuves qui précisent ce nombre)… Mais la question de la défense de sa femme et de son caractère sacré, ainsi que du caractère sacré de son foyer et de ses enfants, n’est-elle pas indépendante de la question du califat?! N’est-il pas obligé de continuer à défendre sa maison, sa femme et sa famille, même si cela peut entraîner sa mort?!

Si nous convenons qu’il semble logique qu’il ait gardé le silence sur la question du califat jusqu’à ce que les gens se rassemblent autour de lui pour lui apporter leur soutien… alors dites-moi, en quoi cela semble-t-il logique qu’il n’ait pas réagi à la souillure du caractère sacré de sa maison ainsi que du caractère sacré de Fatima et de ses fils?! Un musulman est-il obligé d’attendre le soutien de 40 hommes avant de pouvoir défendre son foyer?! Un être humain rationnel pourrait-il dire quelque chose comme ceci?! J’espère que vous pourrez me donner une réponse suffisante.

Sunni.


RÉPONSE:

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Qu’Allah bénisse Mohammed et sa famille et maudisse leurs ennemis.

Nous avons deux réponses aux questions que vous avez posées dans votre lettre. L’une d’entre elles est critique, tandis que l’autre est analytique.

Quant à la réponse critique : Ce qui s’est passé lors de l’attaque de Bakri Omari contre la maison d’Ali et Al-Zahra (qu’Allah les bénisse, eux et leurs familles) s’est également produit lors de l’attaque de la maison d’Uthman et de sa femme, Na’ila, lorsque les musulmans ont fait irruption et se sont révoltés contre lui. Vous racontez dans vos propres sources qu’Uthman n’a même pas levé le petit doigt, qu’il ne s’est pas protégé, ni sa famille, ni n’a fait face à ceux qui sont entrés par effraction dans sa maison et ont souillé l’honneur de ses femmes et de sa famille – avec l’allégation que le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille) lui avait ordonné de garder le silence. Alors pourquoi, quand il s’agit d’Uthman, une telle chose est logiquement acceptée par vous, mais quand il s’agit d’Ali (que la paix soit sur lui), vous la rejetez?!

Ibn al-Athir raconte ce qui suit concernant l’attaque de la maison d’Uthman:

Quand ils ont vu cela, ils se sont précipités vers la porte, et personne ne les a empêchés de s’en rapprocher. La porte était fermée et ils ne pouvaient pas entrer par là, alors ils ont apporté du feu et l’ont brûlé ainsi que le petit toit au-dessus de la porte. Les gens de la maison se sont levés, tandis qu’Uthman priait et avait récemment commencé à réciter le Sourate Taha. Ce qu’il entendait (de l’extérieur de la maison) ne le détournait pas (de ce qu’il faisait), il ne faisait pas d’erreurs (dans la lecture) et il ne bégayait pas. Lorsqu’il a terminé, il s’est assis à côté du Coran pour en lire le contenu. Il a lu:

Certes ceux auxquels l’on disait : « Les gens se sont rassemblés contre vous; craignez-les » – cela accrut leur foi – et ils dirent :
Allah nous suffit; Il est notre meilleur garant’.
Le Coran 3:174


Puis il a dit à ceux qui étaient avec lui dans la maison « Le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui) a fait un pacte avec moi et j’y resterai patient. Ces gens ne brûlent pas la porte sans exiger quelque chose de plus grand. J’empêche tout homme de provoquer la mort de quelqu’un ou d’engager le combat.

Al-Kamil fil-Tareekh, par Ibn al-Athir, volume 2, page 17

Ibn Khaldoun a dit:

Ensuite, les hommes insensés sont entrés en action contre lui. L’un d’eux l’a frappé, sur lequel sa femme Na’ila est tombée et elle se protégeait des coups avec ses mains. L’un d’eux l’a frappée avec son épée sur ses doigts, puis ils l’ont tué et son sang a coulé sur le Coran.
Tarikh Ibn Khaldoun, volume 2, page 150

Ibn Kathir a dit:

Al-Ghafiqi, fils de Harb, s’est dirigé vers lui après Mohammad, fils d’Abou Bakr, et il l’a frappé avec un morceau de fer sur la bouche et a donné un coup de pied dans le Coran qui se trouvait entre ses mains. Le Coran s’est alors retourné et est tombé entre les mains d’Uthman (qu’Allah l’agrée) et son sang a commencé à couler. Alors Sawdan, fils de Hamran, était sur le point de l’attaquer avec l’épée et Na’ila a tenté de l’arrêter, alors il lui a coupé les doigts et elle s’est enfuie. Il lui a alors touché le derrière avec sa main et lui a dit : « Elle a un gros derrière ! Puis il a frappé Uthman et l’a tué.
Al-Bidaya wal-Nihaya, by Ibn Kathir, volume 7, page 210

Al-Tabari raconte:

Sawdan, fils de Hamran, vint le frapper, sur lequel Na’ila, fille de Farafisa, se jeta sur lui et utilisa ses mains pour se protéger de l’épée. Puis il l’a frappée délibérément et lui a coupé les doigts, et les doigts de sa main ont été tranchés. Elle s’est alors enfuie, et il a pressé ses doigts sur ses fesses en disant : « Elle a de grosses fesses ! Puis il a frappé Uthman et l’a tué.
Tarikh al-Tabari, volume 2, page 676

Ainsi, vous pouvez voir comment Uthman a laissé les attaquants brûler sa porte, s’introduire dans sa maison et souiller l’honneur de sa femme, et même lui couper les doigts. De plus, l’un d’eux lui a touché les fesses et l’a humiliée, en disant:

Elle a un gros derrière!

Pourtant, Uthman restait silencieux comme s’il avait des oiseaux sur la tête, et il s’abstenait de se protéger et de protéger son honneur! Son argument pour ne pas le faire était:

Le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui) a fait un pacte avec moi et je resterai patient pour cela.

On ne peut pas le dire : L’attaque de sa maison a eu lieu tout d’un coup, et Uthman n’était pas conscient de ce qui se passait. S’il l’avait su, il aurait sûrement affronté les agresseurs et se serait prémuni, ainsi que ses femmes et ses enfants, contre leurs blessures ».

Parce qu’alors nous dirons : Non, ce n’était pas une attaque surprise. Il savait très bien que l’assaut aurait lieu parce qu’il a été assiégé pendant quarante jours – comme le mentionnent les historiens – et il a vu qu’ils brûlaient la porte de sa maison et étaient sur le point de prendre d’assaut l’endroit, et il savait très bien qu’ils avaient l’intention de le tuer après cela. Pourtant, il ne les a pas confrontés et n’a pas riposté. Il a plutôt empêché tout homme de l’aider et de le protéger, en disant:

Ces gens ne brûlent pas la porte sans exiger quelque chose de plus grand. J’empêche tout homme de provoquer la mort de quelqu’un ou d’engager le combat.

On ne peut pas dire : « La souillure de l’honneur de sa femme a eu lieu après sa mort. Si cela s’était produit sous ses propres yeux, il aurait sûrement combattu et n’aurait jamais cessé. »

Parce qu’alors nous dirons: Ce que vous dites est faux car cela contredit les récits cités ci-dessus qui indiquent clairement qu’il a été tué après que Na’ila ait tenté de le protéger, et c’est pourquoi ses doigts ont été coupés. Ainsi, il a été témoin de ce qui est arrivé à sa femme, et il a vu de ses propres yeux comment ses fesses ont été touchées. De plus, tout en étant pleinement conscient que des hommes étrangers entreraient chez lui, il est également conscient que l’honneur de ses épouses sera souillé. Alors pourquoi les a-t-il laissés entrer?! Et pourquoi n’a-t-il pas levé l’épée pour se défendre et défendre son honneur?!

La réponse que nous vous donnons – en discutant avec vous selon vos propres normes et principes – est la même que celle que vous avez donnée à la question de savoir pourquoi le Commandant des Croyants (paix sur lui) s’est abstenu d’affronter Omar et sa bande malfaisante – comme vous le prétendez, et une telle chose est fausse – lors de leur attaque contre sa maison.

De plus, il y a deux différences principales entre les deux incidents. La première est la suivante : l’assaut sur la maison d’Ali et Al-Zahra (qu’Allah les bénisse tous les deux) a eu lieu tout d’un coup, contrairement à l’assaut sur la maison d’Uthman et Na’ila qui a eu lieu après un long siège, pendant lequel Uthman s’est retiré dans sa propre maison dans la peur en attendant l’aide de Mu’awiya.

La deuxième différence est ce dont nous parlerons dans notre réponse analytique : lors de l’incident de l’attaque de la maison du Prophète, Ali (qu’Allah le bénisse) s’est levé comme un lion enragé après avoir entendu Al-Zahra (qu’Allah la bénisse) crier au secours à la porte. Il s’est alors emparé des vêtements d’Omar et l’a jeté à terre en le frappant au nez et au cou, puis il s’est assis sur sa poitrine et était sur le point de le tuer. Cependant, il se rappela l’alliance qu’il avait conclue avec le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille), et il dit:

Ô fils de Sahhak! Par Celui qui a honoré Mohammad (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille) de la Prophétie, si ce n’était pas pour un Livre d’Allah révélé et pour un pacte que j’ai fait avec le Messager d’Allah, alors je n’aurais pas su que vous entrerez dans ma maison!
Kitab Sulaym, fils de Qais al-Hilali, page 387

Alors, qui dira maintenant que le Commandant des Croyants (que les bénédictions d’Allah soient sur lui) n’a pas défendu sa femme, la fille du Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille)?! En effet, le Commandant (que la paix soit avec lui) s’est levé pour sauver et protéger sa femme dès qu’il l’a entendue pleurer. De plus, il était sur le point de tuer Omar s’il ne se souvenait pas du pacte avec le Prophète. Il n’a pas gardé le silence et ne s’est pas contenté de rester assis et de regarder tout l’incident – qu’Allah l’interdise! Quant aux incidents qui ont eu lieu avant l’agression proprement dite de sa maison, ils se sont produits de manière surprenante et dans la précipitation après que la situation se soit soudainement détériorée au point que les méchants bâtards se sont introduits dans la maison.

Quant à la question:

Pourquoi Ali (qu’Allah le bénisse) ne s’est-il pas vengé d’Abou Bakr et d’Omar (qu’Allah les maudisse)?

La réponse est: il (que la paix soit sur lui) a tenté de le faire. Cependant, ils avaient un groupe de personnes pour les aider, pendant ce temps, il était tout seul, il a donc dû rassembler plusieurs hommes pour leur faire face. Le Commandant des Croyants (que les bénédictions d’Allah soient sur lui) a essayé de rassembler les gens dans ce but, et il a appelé les gens à lui prêter allégeance pour mener le Jihad contre les oppresseurs. Cependant, le nombre de partisans nécessaire pour obtenir la victoire – qui est de quarante hommes – n’est pas atteint. Le Commandant des Croyants a été informé par son frère, le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille), qu’il ne pouvait pas obtenir la victoire s’il n’avait pas ce nombre d’hommes pour l’assister.

Sulaym, fils de Qais, raconte que Ash’ath, fils de Qais (qu’Allah le maudisse), a dit au Commandant des Croyants (que la paix soit sur lui):

Qu’est-ce qui t’a empêché, ô fils d’Abi-Talib, lorsque le frère de Taim, fils de Murra, et le frère des fils d’Adi, fils de Ka’b, et le frère des fils d’Omeyya ont prêté allégeance ; de combattre et de frapper avec ton épée ? Vous n’avez pas fait de sermon pour nous depuis votre arrivée en Irak sans dire, avant de quitter la chaire : « Par Allah, je suis celui qui, parmi le peuple, a la plus grande autorité sur le peuple, et je reste opprimé depuis qu’Allah a pris Mohammad (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille) pour Lui-même ». Qu’est-ce qui vous a empêché de frapper avec votre épée pendant que vous étiez opprimé ? »

Alors, Ali (que la paix soit sur lui) lui dit « Ô fils de Qais! Écoutez la réponse : Je n’ai pas été empêché de le faire par la lâcheté ou par le refus de rencontrer mon Seigneur, et par le fait de ne pas savoir que ce qu’Allah a est meilleur pour moi que ce monde et l’habiter!! Cependant, ce qui m’a empêché de le faire était le commandement du Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille) et son alliance avec moi. Le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) m’a dit ce que cette nation me fera après lui… J’ai dit : « Ô Messager d’Allah, alors pourquoi me ferez-vous prêter serment si cela arrive ? Il m’a dit : « Si vous trouvez des partisans, alors ignorez-les et combattez-les. Et si vous ne trouvez pas de partisans, alors pliez la main et protégez votre sang jusqu’à ce que vous trouviez des partisans pour maintenir la religion, le Livre d’Allah et ma tradition dans la droiture.

Kitab Sulaym, page 214

Il a été raconté sur l’autorité de Salman al-Farsi al-Mohammadi (que la satisfaction d’Allah soit sur lui), qui a dit:

À l’approche de la nuit, Ali a porté Fatima sur un âne et a pris les mains de ses deux fils, Hassan et Hussain (que la paix soit sur eux), et il n’a laissé personne des compagnons du Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille) sans être venu chez lui, et il les a appelés par Allah à reprendre son droit, et il les a appelés à l’assister. Aucun homme ne lui a répondu, sauf nous, les quatre.
Salman, Abu-Dharr, Miqdad et Zubair

Nous nous sommes rasés la tête et nous nous sommes sacrifiés pour l’aider, et Zubair a été celui qui l’a soutenu avec le plus d’acuité.
Kitab Sulaym, page 146

On raconte que le Commandant des Croyants (que la paix soit sur lui) a dit à Abou Bakr et Omar (qu’Allah les maudisse tous les deux):

En effet, par Allah, si ces quarante hommes qui m’ont fait allégeance m’étaient restés fidèles, alors sûrement je vous aurais combattu pour l’amour d’Allah!
Kitab Sulaym, page 275

Ce qui suit est cité par les sources Bakri: Ibn Abil-Hadeed a déclaré:

De nombreux rapporteurs ont raconté qu’après le jour de la Saqifa, il a été blessé et couvert par l’obscurité, et qu’il a appelé et crié au secours, ce qui a amené certaines personnes à le soutenir et à lui prêter allégeance, et qu’il a dit en pointant vers la tombe (du Prophète) : « Ô fils de ma mère ! Les gens me considéraient comme faible et étaient sur le point de me tuer ! Et qu’il a dit : »Ô Ja’far! Je n’ai pas de Ja’far aujourd’hui pour m’assister! O Hamza! Je n’ai pas de Hamza aujourd’hui pour m’assister!
Sharh’ Nahj-ul-Balagha, par Ibn Abil-Hadeed, volume 11, page 111. Ibn Qutayba raconte la même chose avec une formulation similaire dans Al-Imama wal-Siyasa, volume 1, page 31.

De plus, ce qui suit a été raconté par les Bakris:

Lorsque Ali (que la paix soit avec lui) appelait les musulmans à l’aide après le jour de la Saqifa et ce qui s’était passé pendant ce jour, et alors qu’il portait Fatima (que la paix soit avec elle) cette nuit-là sur un âne et que ses deux fils étaient entre les pattes de l’âne pendant qu’Ali (que la paix soit avec lui) le contrôlait, il frappait aux portes des Ansars et d’autres personnes et leur demandait leur aide et leur soutien. Quarante hommes lui répondirent, alors il leur fit prêter serment d’allégeance jusqu’à la mort, et il leur ordonna de se réveiller le lendemain matin après s’être rasé la tête et avoir apporté leurs armes. Le lendemain matin, quatre personnes lui sont restées fidèles (que la paix soit sur lui) : Zubair, Miqdad, Abu-Dharr et Salman. Puis il est allé les voir la nuit, et ils ont dit : « Nous irons avec vous demain matin ». Mais aucun autre que les quatre n’est venu, et la même chose s’est produite pendant la troisième nuit. Zubair a été le plus ardent d’entre eux à l’assister et le plus obéissant à le soutenir. Il s’est rasé la tête et s’est présenté à lui plusieurs fois alors qu’il portait son épée dans le cou, et les trois autres ont fait de même. Cependant, Zubair était le plus remarquable d’entre eux.
Sharh’ Nahj-ul-Balagha, par Ibn Abil-Hadeed, volume 11, page 14.

En rassemblant les récits, nous pouvons comprendre qu’Ali (que les bénédictions d’Allah soient sur lui) a commencé à rassembler des gens pour se venger d’Abou Bakr et d’Omar et rendre le droit de diriger à qui de droit. Il a ensuite reçu l’allégeance de quarante hommes qui ont prêté serment d’engager le combat avec Abou Bakr et Omar et leur bande violente.

Cependant, pas plus de quatre d’entre eux sont restés fidèles, et il a donc été contraint de se retirer du combat. Ainsi, l’affirmation selon laquelle il (que la paix soit sur lui) n’a pas tenté de combattre les usurpateurs et les criminels est fausse. De plus, il (que la paix soit sur eux) est dispensé de s’abstenir de les combattre plus tard, parce qu’il n’a pas eu le soutien de quarante hommes, ce qui est le nombre suffisant d’hommes requis pour engager le combat, comme il a été ordonné par Allah (qu’Il soit exalté) et Son Messager (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille).

Cet acte est, en fait, similaire à l’acte du Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) lorsqu’il s’est abstenu d’engager le combat avec les Quraish avant la bataille de Badr, bien que les Quraishis aient commis plusieurs crimes contre les musulmans. Cela n’a été fait que parce que le nombre requis de partisans – qui est de 313 hommes – n’a pas été atteint. Une fois ce nombre complété, le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) a annoncé le Jihad par le commandement d’Allah (Il est exalté).

Personne ne peut donc dire : « Pourquoi quarante ? Parce que nous disons : C’est Allah (le Très Haut) qui décide. Tout comme il a décidé que 313 hommes étaient nécessaires avant d’engager le combat avec Quraish, il a également décidé que quarante hommes étaient nécessaires avant d’engager le combat avec Abou Bakr, Omar et les hypocrites. Tant que la condition préalable à l’entrée en guerre – qui est le nombre requis de partisans – n’est pas remplie, les combats deviennent interdits. Il existe de nombreux exemples de telles conditions dans la vie des Prophètes et de leurs successeurs (que la paix soit sur eux). Allah est celui qui sait le mieux ce qui est à l’avantage de Sa création. On ne lui demandera pas ce qu’Il fait, mais on demandera à Sa création ce qu’elle fait. Ainsi, nul ne peut s’opposer au jugement d’Allah (Il est Glorieux et Exalté).

Quant à la question:

Pourquoi Ali (que la paix soit sur lui) n’a-t-il pas utilisé la force miraculeuse qui a été placée en lui par Allah (Il est exalté), si lui seul a la suffisance de combattre Abou Bakr et Omar?’

La réponse est la suivante: il n’a pas été autorisé à le faire. De plus, le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) a une force miraculeuse bien plus grande que le Commandeur des croyants (que la paix soit sur lui). Pourtant, il n’a pas utilisé ce pouvoir pendant ses guerres et ses batailles, et il avait l’habitude de se battre en utilisant ses hommes et a même perdu à la bataille de Uhud. Il lui aurait suffi (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) de demander à Allah (Il est exalté) de secouer la terre sous les pieds de ses ennemis, ce qui lui aurait permis de vaincre facilement ses ennemis en n’ayant pas à appeler ses hommes au combat puis à les voir s’enfuir loin du combat.

Cependant, il s’abstenait toujours de demander à Allah de vaincre ses ennemis de cette manière, car Allah (le Tout Puissant) souhaitait que les choses entre Ses alliés et Ses ennemis passent par des manières naturelles, et non par des manières miraculeuses, afin qu’Il puisse connaître ceux qui se sont battus et sont restés patients, et aussi connaître ceux qui ont violé le pacte et n’ont pas tenu leur serment. Imaginez qu’Allah (Glorieux et Exalté soit-Il) permette à ses Prophètes ou à ses alliés de toujours utiliser des moyens miraculeux pour combattre leurs ennemis ; il n’y aurait pas eu d’épreuve pour les êtres humains! Comment peut-on juger les gens pour que leur loyauté envers le serment qu’ils ont prêté à Allah soit visible s’ils ne sont pas appelés à la guerre et que leur loyauté est mise à l’épreuve?

C’est ce qu’Ali (que la paix soit sur lui) a fait en se soumettant au commandement d’Allah (qu’Il soit exalté) ; il a appelé les gens à se battre pour remporter une victoire pour la vérité et la justice et pour se venger du Messager d’Allah et de sa fille pure (que les bénédictions d’Allah soient sur eux et sur leurs familles), mais les gens ont tourné le dos et personne ne lui a répondu sauf quatre hommes. Que peut-il faire s’il lui est interdit de combattre, par le commandement d’Allah et de son Messager (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille)? La priorité légitime pour lui est de se protéger du danger avant tout.

Le Grand Prophète lui-même (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) ne s’est pas vengé de ceux qui ont tenté de le tuer en poussant son chameau hors du col de la montagne parce qu’il avait peur que les gens disent:

Lorsque Mohammad a remporté la victoire avec ses compagnons, il a commencé à les tuer.

Le Commandant des Croyants (que la paix soit sur lui) a fait de même car toute la pure Maison (que les bénédictions d’Allah soient sur eux) ne fait que se sacrifier pour le compte d’Allah, et donc vous les voyez faire des sacrifices et rester patients envers ceux qui les traitent injustement – tant que la condition de riposte n’est pas présente – et attendre le commandement et la vengeance d’Allah.

De plus, le verset que vous avez cité pour soutenir votre argument est sorti de son contexte, car l’instruction donnée dans le verset est spécifiquement destinée au Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) et n’est pas communément destinée à tous. Aucun juriste islamique n’a jamais dit que cette instruction s’applique à tous les peuples en général, de sorte qu’il peut devenir obligatoire pour chacun de combattre une armée entière par lui-même! En outre, cette instruction n’est obligatoire que dans les cas où le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille) est obligé de combattre. Par exemple, il y a plusieurs occasions où il n’a pas quitté sa maison pour combattre, comme lors de la campagne d’Oussama contre les Romains. Pourquoi s’est-il abstenu de se battre alors que le verset lui donne clairement l’instruction de se battre?

Si vous voulez bien donner la réponse suivante:

Il était malade, et il avait donc une excuse pour ne pas s’engager dans le combat.

Alors nous vous donnerons une réponse similaire: Si l’on suppose que l’instruction donnée dans le verset s’applique à toutes les personnes en général, alors votre argument est toujours valable. Car même si nous convenons que l’instruction est générale, Ali (que la paix soit sur eux) n’est toujours pas différent du Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille) ; il est également excusé de ne pas s’engager dans le combat parce que la condition de combat n’était pas présente. Par conséquent, tout comme le Prophète n’était pas obligé de se battre pendant la campagne d’Oussama, Ali n’était pas non plus obligé de se battre pendant l’usurpation de son droit.

L’instruction donnée dans le verset est particulièrement destinée au Prophète, comme l’a déclaré notre Imam al-Sadiq (que les bénédictions d’Allah soient sur lui):

Allah a ordonné au Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) de faire quelque chose qu’Il n’a ordonné à aucun de ses créatures de faire. Il l’a chargé d’aller seul contre tout le monde (au combat) s’il ne trouve aucun groupe pour se battre à ses côtés. Il n’a ordonné à personne de faire une telle chose, ni avant ni après lui. Puis il a récité ce verset.
Al-Kafi, par Al-Kulayni, volume 8, page 275

Le Bureau du Sheikh al-Habib

The Office Of His Eminence Sheikh al-Habib