Les manières de Ahl-ul-Bayt – Pt 1

Les manières de Ahl-ul-Bayt – Pt 1

Les manières de Ahl-ul-Bayt – Pt 1 1920 1080 The Office Of His Eminence Sheikh al-Habib

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Qu’Allah bénisse Mohammed et sa famille et maudisse leurs ennemis.

L’Islam nous ordonne de faire tomber les symboles de mensonge, de déviation et d’hypocrisie qui ont subverti le chemin de cette nation musulmane et l’image de notre grande religion. C’est la ligne de conduite établie par ses modèles et ses pionniers, les saints imams infaillibles (la paix soit sur eux), les justes et les pieux parmi leurs compagnons et les savants qui étaient fermement engagés sur le chemin de la vérité, indépendamment de toute adversité ou conséquence sévère qu’elle leur a engendrée. Nous faisons partie de cette tradition.

La révolution Rafidi, qui est basée sur le rejet du mensonge, est presque aussi ancienne que la nation musulmane. Le mouvement a commencé le jour de Saqifa lorsque les Rafidas se sont élevés contre les symboles du coup d’État qui allaient directement à l’encontre des ordres explicites du Saint Prophète et de sa progéniture purifiée (la paix soit sur eux).

Pourtant, vous prétendez que ce que nous faisons n’est pas conforme aux manières des Ahl-ul-Bayt (la paix soit sur eux). Nous vous demandons ensuite de présenter vos preuves quant à la manière dont cela se passe. De notre côté, nous avons prouvé que cette approche est effectivement conforme à leurs enseignements et à leur exemple. Nous l’avons notamment prouvé lors d’une série de conférences quotidiennes sur le thème de l’Imam Hussain (sur lui la paix), diffusées sur la chaîne bénie de Fadak TV dans les dix premiers jours du mois de Muharram, qu’ils ont durement discrédité et rejeté Abou Bakr, Omar et Aisha. Nous l’avons fait en examinant plusieurs cas que l’on peut trouver dans les narrations.

Par conséquent, lorsque vous affirmez que ce que nous faisons n’est pas à la manière des Ahl-ul-Bayt (la paix soit sur eux), alors vous êtes dans l’illusion.

Nous vous conseillons vivement d’aller faire des recherches sur ce sujet ; ne vous contentez pas de miettes de connaissances incomplètes et superficielles. C’est précisément ce type d’ignorance que nous nous efforçons d’éradiquer, qu’il s’agisse des communautés chiites ou « sunnites », ou de ceux qui se disent chiites. Nous vous encourageons à rechercher et à évaluer de manière critique les conclusions que nous vous présentons. Tout ce que vous trouvez utile, accrochez-vous y, et tout le reste rejettez le.

Vous affirmez également que le fait de soulever cette question crée inutilement de l’hostilité. Donnez-moi un exemple d’un prophète dont la mission n’a pas causé de mauvais sentiments ; donnez-moi un exemple. Il n’y a pas un seul Prophète qui ait lancé sa mission sans déplaire à une partie de la communauté où il a été envoyé ; il fallait s’y attendre. C’est parce que sa nation était habituée à certaines valeurs, l’idolâtrie étant l’une d’entre elles, et qu’elle était rigide et peu disposée à mettre en œuvre toute sorte de changement. Ceci est en totale opposition avec la mission du Prophète et conduira inévitablement à des affrontements entre le Prophète et le peuple vers lequel il est envoyé. Cela entraînerait alors une effusion de sang.

Prenez l’exemple de Jésus-Christ et des Israélites, qui ont adopté des croyances religieuses corrompues, un peu comme les « sunnites » d’aujourd’hui. La religion du Prophète Moïse (sur lui la paix) ayant été modifiée, Jésus a été envoyé pour ramener les Israélites aux fondements de la religion. Ses efforts furent cependant accueillis avec inimitié, et lui (la paix soit avec lui) et ses partisans furent sévèrement persécutés. Le Prophète de l’Islam (que la paix soit sur lui et sur sa famille) et son successeur légitime ont également été persécutés dans leur mission.

L’imam Ali (sur lui la paix) a également entamé une mission de réforme pour redresser la mauvaise situation et les valeurs corrompues qui se sont installées au sein de la nation musulmane et de sa compréhension et pratique de l’Islam. L’imam (sur lui la paix) a cherché à éradiquer les déviations introduites par les gouvernements en faveur d’Abou Bakr, Omar et Uthman. C’est pourquoi trois campagnes de guerre ont été menées contre lui, entraînant des effusions de sang. Les frères se sont battus dans des camps opposés ; Muhajir bin Khalid bin Walid (qui était du côté de l’Imam Ali) a combattu Abd-ur-Rehman ibn Khalid ibn Walid (qui était du côté de Muawiya) dans la bataille de Siffin. L’imam Ali aurait pu sauver le peuple de cette effusion de sang en abandonnant simplement sa mission. Il savait ce qui arriverait s’il défendait la vérité, mais il avait une mission à remplir.

Vous êtes confronté à un choix: soit vous abandonnez la religion et elle sera perdue, soit vous sacrifiez votre sang, sauvant ainsi la religion. Lequel est le plus important? Qui est censé faire le sacrifice? La religion doit-elle être sacrifiée sur l’autel de ce monde, ou devons-nous être prêts et capables de nous sacrifier pour la religion? Nous devons être prêts et disposés à faire le sacrifice pour la religion.

Si le chemin de la religion de Muhammad ne se redresse pas, sauf si je suis assassiné, alors, ô Épées, emportez-moi!

C’est ainsi qu’un poète a pu puissamment dépeindre la philosophie de la révolution de l’imam Hussein.

Qu’il y ait donc de mauvais sentiments! Ce n’est pas de mon ressort. Allah Tout-Puissant a ordonné aux croyants d’appeler à la vérité et c’est mon devoir en tant que croyant. Comme le Coran dans Surat al Hijr nous l’indique:

Expose donc clairement ce qu’on t’a commandé et détourne- toi des associateurs. Nous t’avons effectivement défendu vis-à-vis des railleurs.
Coran 15: 95-96

Et combien de moqueurs avons-nous aujourd’hui ? Malheureusement, ceux qui se moquent de nous ne savent pas ce qu’il y a dans mon cœur. Je n’ai que quelques mots à leur dire. Le jour du Jugement dernier, vous serez pleinement conscient de l’ampleur de votre transgression et du type de personne envers qui vous avez été injuste. Vous en serez témoin de vos propres yeux. Vous ne savez pas ce qu’il y a dans mon cœur ; il est de mon devoir d’appeler à la vérité et de m’efforcer de réparer tout ce qui a mal tourné après la Saqifa. À la suite de ces événements, une image corrompue de la religion est maintenant répandue et la religion est considérée comme une voie de déviation. C’est avec cela que nous sommes en guerre.

Nous nous battons avec des preuves académiques pour prouver notre point de vue ; c’est une guerre basée sur des lignes de raisonnement, sur des revendications et des contre-revendications. Si la partie adverse voulait faire de cette guerre une véritable situation de combat où le sang serait versé dans les rues, alors la faute en reviendrait aux actions et à l’approche de l’autre partie, et non à la mienne.

Lorsque le Prophète de l’Islam a lancé sa mission, il s’est opposé à toute déviation. Des problèmes se sont posés lorsque l’autre partie s’est avérée incapable d’offrir une réponse solide à son message par des mots et des preuves intellectuelles. Étaient-ils prêts à débattre le Prophète (que la paix soit sur lui et sa famille)? Ont-ils pu apporter une argumentation solide pour démontrer que leur religion païenne était la vraie religion et la bonne voie? Étaient-ils prêts à le faire? Non! Ils ont donc dû recourir au mensonge, prétendant que le Prophète (la paix soit sur lui et sa famille) était un poète, un magicien, un fou, etc. La moquerie et la calomnie étaient leurs armes de prédilection. Ils ont affirmé qu’il était le fils d’Abi Kabsha, l’orphelin d’Abi Talib et d’Abdul Muttalib. Lorsque leurs efforts ont été contrariés, ils ont eu recours à la violence physique et l’ont combattu à l’épée.

Le Prophète a reçu l’ordre de déclarer haut et fort ses ordres et son message. Si les adversaires voulaient prendre les armes, ce qui vous oblige à sacrifier du sang de votre côté, alors vous êtes contraint de voir de tels sentiments négatifs se développer. C’est l’autre partie qui est coupable et non vous. Il faut aller de l’avant.

L’imam Ali a dû faire face à la même situation, et notre Imam (qu’Allah hâte sa réapparition), fera face à la même situation lorsqu’il apparaîtra. L’histoire va se répéter. L’Imam viendra pour éradiquer la déviation, pas pour faire la guerre. Supposons un instant qu’il apparaisse bientôt, si Allah le veut. Si les gouvernements, partis et autres sectes « sunnites » acceptaient son appel et se soumettaient à ses ordres, il n’y aurait pas d’effusion de sang du tout. Pas une seule goutte de sang ne serait versée.

Mais la tension va monter d’un cran lorsque l’imam se présentera comme Celui à qui Allah le Tout-Puissant et son grand-père, le Prophète de l’Islam, ont ordonné de diriger la nation et de remettre les choses en ordre. Cette ligne de conduite amènera toutes les forces diaboliques de la terre à se rassembler sous la forme de gouvernements, de régimes, d’armées et de partis pour combattre l’Imam, le mettant ainsi dans une situation où il sera contraint de riposter.

Pensez-vous que si l’Imam (Qu’Allah hâte sa réapparition) devait réapparaître, la famille royale saoudienne se contenterait de croiser les jambes en restant confortablement assise? Non! Ils prendront les armes et utiliseront toute leur puissance financière et militaire pour combattre l’Imam (la paix soit sur lui). Les autres régimes « sunnites » suivront.

De plus, nos récits révèlent que même certains régimes qui se réclament du chiisme (Batris) feront de même. 16 000 épées affronteront l’Imam en Irak seulement, en criant

Va-t’en, ô fils de Fatima, nous n’avons pas besoin de toi! Nous utilisons la Taqiya!

Nous voulons sauvegarder le même concept de Taqiya qui a été raconté par l’Imam Sadiq (la paix soit sur eux):

Ils le diront à l’Imam (que la paix soit avec lui):

Vous allez provoquer de mauvais sentiments et des antagonismes, nous n’avons pas besoin de mauvais sentiments, nous n’avons pas besoin d’épreuves, nous n’avons pas besoin de problèmes, nous ne voulons pas que des gens meurent et nous ne voulons pas de guerre civile. Retournez donc, Oh Imam! Nous n’avons pas besoin de vous, nous sommes sousTaqiya!

Selon l’imam al-Sadiq, les soi-disant Chiites en Irak lui diraient cela. Les Batris en Irak feraient cela, pas tous les chiites, et les honorables chiites soutiendront l’Imam (la paix soit avec lui). Véritablement orthodoxe, les chiites rafidites le soutiendront. Mais pour un groupe, je cherche refuge auprès d’Allah!

Un groupe qui dira à l’imam:

Nous savons ce qui est le mieux pour l’intérêt public, nous ne vous laisserons pas aller de l’avant.

L’Imam al-Sadiq a dit:

La Taqiya vous sera plus chère dans votre cœur que vos pères et vos mères.

Voilà à quel point vous êtes devenu faible. L’imam sera également contraint de traiter avec la même rigueur ceux qui ont pris les armes contre lui.

Nous sommes confrontés à la même situation dans ce pays à notre époque, car nous voulons faire connaître aux gens les vraies questions importantes de l’histoire et de la religion. Je ne veux pas voir des musulmans mourir sans savoir qui a tué leur Prophète (la paix soit sur lui et sa famille). J’ai le devoir religieux de révéler la Vérité et j’ai spécifiquement abordé ce sujet en profondeur dans une série de sept conférences organisées à l’occasion de la commémoration du martyre du Prophète (la paix soit sur lui). J’ai présenté des preuves que le Prophète ( la paix soit sur lui et sa famille) a été empoisonné et assassiné par les infidèles Aïcha et Hafsa sur ordre de leurs pères perfides respectifs, à savoir Abou Bakr et Omar, qui ont conspiré contre le Prophète (la paix soit sur lui et sa famille). J’ai montré de nombreux éléments de preuve clairs provenant de nos sources et des leurs. Je veux que la vérité sur les auteurs du crime le plus odieux de l’histoire soit mise en lumière et devienne évidente pour tous les musulmans. C’est mon objectif. Personne n’a le droit de m’arrêter, au motif que cela susciterait l’inimitié. Que cela arrive. Pourquoi devrais-je être tenu responsable de cela?

Dois-je alors cesser de défendre le Prophète et de chercher à découvrir la vérité – qui est un fait historique – à cause de quelques-uns qui ne veulent pas l’entendre et s’y opposent farouchement? Ils les défendent donc et commencent à provoquer des hostilités et des problèmes. Ils tuent, font la guerre et versent du sang. C’est leur culpabilité et non la nôtre, vous devez les blâmer pour leurs actions et non pas nous. Sinon, si nous voulons faire nous-mêmes cette règle, comme de devoir renoncer à tout ce qui provoque des sentiments négatifs et de l’antagonisme, renonçons à tout alors.

Examinons maintenant la situation actuelle en Irak, où des bains de sang ont continué à se produire depuis la chute de Saddam. Massacres, bombes de bord de route, explosions et assassinats visent les Chiites. Sur quelle base? L’une des raisons est le fait que les chiites ont enfin pu acquérir un pouvoir politique dans le pays. C’est une chose que la branche Nasibi ne peut pas accepter.

Il y a vraiment eu un virage à 180 degrés. La même chaîne de télévision qui diffusait autrefois Saddam Hussein jour et nuit diffuse maintenant l’appel à la prière

Je témoigne qu’Ali est le vice-gérant d’Allah.

Je ne fais pas l’éloge de la télévision irakienne, je vous aide simplement à comprendre ce dont les Nawasib ont été témoins au cours des dernières décennies. Ils allument la télévision irakienne et la comparent à ce qu’elle était à l’époque de Saddam. Aujourd’hui, les émissions de télévision irakiennes:

Je témoigne qu’Ali est le vice-gérant d’Allah.

Ils voient les programmes de télévision aux couleurs des différentes occasions du calendrier chiite. Noir pendant Ashura, vert pour Ghadeer, rouge pour le souvenir de Mubahala ou pour la naissance d’un imam (la paix soit sur lui), etc. Le jour de Achoura, ils voient qu’il y a une émission en direct de Karbala, récitant des histoires de lamentations, de cérémonies, de masses de personnes en nombre record dans les rassemblements et les processions. C’est une chose qu’ils ne peuvent pas supporter.

La seule façon de mettre fin à l’antagonisme et aux massacres en Irak est que les chiites renoncent à toute influence politique qu’ils détiennent dans le pays et rendent le pouvoir aux Nawasibs. Pas une seule explosion n’aurait lieu, pas même une seule. Oui, ils tueraient ensuite tout chiite qui se rebellerait contre leur autorité ou deviendrait une épine dans le pied. Si vous deviez vous rebeller et faire un nouveau soulèvement en Irak, ils vous tueraient, parce qu’ils voudraient maintenir une structure de pouvoir avec eux au sommet. Cependant, si un chiite devait s’allier avec eux, à condition de devenir leur esclave humilié, il les embrasserait et les accueillerait. La majorité des membres du parti Baas étaient chiites, n’est-ce pas ? Même aux postes de direction, il y avait des chiites. Sahaf n’était-il pas chiite? Musaylima Al Sahaf, le Charlatan, était un chiite, et beaucoup d’autres étaient également chiites par identité. Ils avaient des figures de haut niveau du parti politique chiite, qui pleuraient également l’imam al Hussein chaque fois qu’il y avait un rassemblement. Lorsqu’il y a eu un rassemblement, ils ont également versé des larmes. Mais ce n’est pas du vrai chiisme et ces authentiques chiites non plus. Ce sont des personnes indignes et asservies. De toute façon, à cette époque, il n’y avait pas d’explosions. Il était en sécurité en Irak.

Il est maintenant en sécurité au Pakistan, par exemple. Les chiites y vivent, mais avec un vide de fierté et de dignité. S’ils pensent un jour à se lever pour réclamer des droits légitimes ou demander justice pour toute atrocité ou tout crime commis à leur encontre, ils finiront par se retrouver dans la même situation que leurs homologues bahreïnis dans un pays où ils sont majoritaires. Et ce, même si un État est censé traiter tous les citoyens avec justice, quelles que soient leurs opinions idéologiques. L’alternative pour les chiites du Pakistan est alors de vivre dans la soumission, exploitée par Nawasib et les « sunnites ». Nous avons malheureusement pris l’habitude d’entendre quotidiennement parler de chiites maltraités et tués par un gouvernement injuste qui se sent menacé chaque fois qu’il tente de défendre leurs droits et leur dignité. Et cela va continuer, car les Nawasib ne peuvent tolérer que les chiites se défendent ou défendent leur religion et veulent qu’ils vivent comme des citoyens indignes et sans classe dans leur propre pays, sous la domination d’érudits corrompus. Ces mêmes érudits corrompus qui se moquent et insultent ouvertement leurs propres sentiments d’une manière ou d’une autre blasphématoire sur les chaires de leurs mosquées.

L’ironie est que ces mêmes érudits corrompus portent les robes et les vêtements cléricaux de leur secte. Pourtant, lorsqu’un chiite se lève pour défendre ses propres convictions, l’État – qui est sur la voie de la corruption, de l’injustice et de la tyrannie à l’égard de tous ses citoyens – prend les mesures les plus sévères. Dans les médias, quand ils le souhaiteront, ils s’attaqueront ouvertement aux opinions des chiites, et aussi dans la vie quotidienne et le discours public, cet empoisonnement des esprits à leur encontre se manifestera et montrera ses affreux résultats de temps à autre. Les seuls chiites qui se font tuer sont ceux qui prennent position pour leurs croyances et leurs droits légitimes. Personne ne tue un Batri ou un courtisan!

A suivre dans la partie 2.

Le Bureau du Sheikh al-Habib

The Office Of His Eminence Sheikh al-Habib