Aïcha n’était pas une enfant lors de son mariage avec le Prophète

Aïcha n’était pas une enfant lors de son mariage avec le Prophète

Aïcha n’était pas une enfant lors de son mariage avec le Prophète 1920 1080 The Office Of His Eminence Sheikh al-Habib

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Qu’Allah bénisse Muhammad ainsi que sa famille et maudisse leurs ennemis.

Les chrétiens, les juifs ou d’autres groupes ont souvent utilisé la question du mariage du Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) avec Aisha comme une arme contre ce Grand Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille). Ils s’appuient sur ce qui a été dit par Aisha sur le fait qu’elle a été mariée au Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille pure) alors qu’elle était une fille de six ans et qu’il a consommé son mariage avec elle alors qu’elle n’était qu’une fille de neuf ans. Ils disent:

Regardez comment ce vieil homme a épousé une innocente petite fille assez jeune pour être sa petite-fille alors qu’il avait plus de 50 ans! Comment pourrait-il se résigner à lui enlever son enfance pour satisfaire ses propres besoins? Quel genre de prophète est-ce, qui fait quelque chose de si inhumain?

Bien que le récit du mariage du Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) avec Aisha, lorsqu’elle était enfant, ne soit raconté par personne d’autre qu’Aisha elle-même – nous ne trouvons aucune narration prophétique ou autre narration provenant d’une source fiable concernant cet événement – les ennemis de l’Islam continuent à répandre ces mensonges fabriqués par Aisha sans aucune recherche historique appropriée. Ils s’appuient simplement sur les récits trouvés dans les sources de la secte “sunnite”.

Ceux qui en veulent au Maître des Prophètes (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) ont exploité la narration inventée par Aisha par laquelle elle voulait faire croire que pour le Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille), elle était la plus jeune, la plus rayonnante, la plus belle et la favorite parmi ses épouses. Elle prétend qu’elle n’était qu’une enfant délicate et innocente, arrachée à sa balançoire sur laquelle elle avait l’habitude de jouer avec ses jeunes amis lorsque sa mère lui criait dessus et l’emmenait si brutalement qu’elle pouvait à peine reprendre son souffle – sans qu’elle sache ce qui allait se passer ni pourquoi on la voulait – pour l’emmener dans la maison du Prophète qui l’effrayait lorsqu’il la surprenait lorsque l’amère vérité lui apparaissait clairement qu’elle était soudainement devenue une épouse.

Tout d’abord, faisons la lumière sur la narration fabriquée par Aisha. Boukhari raconte sur l’autorité de Hisham, sur l’autorité de son père, sur l’autorité de Aisha qui a dit:

Le Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) m’a épousée quand j’étais une fille de six ans. Nous sommes allés à Medina et sommes restés chez Bani al-Harith, fils de Khazraj. Puis je suis tombé malade et mes cheveux sont tombés. Plus tard, mes cheveux ont repoussé et ma mère, Umm Ruman, est venue me voir alors que je jouais à la balançoire avec certains de mes amis. Elle m’a appelé, et je suis allé la voir, sans savoir ce qu’elle voulait me faire. Elle m’a pris par la main et m’a fait me tenir à la porte de la maison. J’étais alors à bout de souffle, et quand ma respiration s’est calmée, elle a pris de l’eau et m’a frotté le visage et la tête avec. Puis elle m’a emmené dans la maison. Dans la maison, j’ai vu des femmes Ansari qui m’ont dit : “Meilleurs vœux, bénédiction d’Allah et bonne chance”. Puis elle m’a confié à elles et elles m’ont préparé (au mariage). Contre toute attente, l’apôtre d’Allah est venu me voir dans la matinée et ma mère m’a remise à lui, et j’étais alors une fille de neuf ans.
Sahih al-Bukhari, volume 4, page 251, and Sahih Muslim, volume 4, page 141

Dans un autre récit, Aisha brosse un tableau de ce qui lui est arrivé dans un autre scénario pas moins calamiteux que le précédent, car elle affirme que sa mère l’a fait asseoir – alors qu’elle n’était qu’une “pauvre enfant” – sur les genoux de son mari qui la traitait à bon marché et consommait son mariage avec elle dans la maison de son père. Qu’aucun banquet de mariage n’avait été prévu pour elle afin de célébrer son mariage avec lui, et que personne d’autre ne leur avait même apporté quelque chose à manger.

Ibn Hanbal rapporte sur l’autorité d’Aisha qu’elle a dit:

Ma mère est venue me voir alors que je me balançais sur une balançoire entre deux branches et m’a fait descendre. Mon nourrice a pris la relève et a essuyémon visage avec un peu d’eau et a commencé à me conduire. Quand j’étais à la porte, elle s’est arrêtée pour que je puisse reprendre mon souffle. On m’a fait venir alors que Muhammad était assis sur un lit dans notre maison. Des hommes et des femmes de l’Ansar étaient avec lui. Elle m’a fait asseoir sur ses genoux. Puis, elle a dit : “C’est votre famille. Qu’Allah vous bénisse avec eux et qu’Allah les bénisse avec vous”. Les hommes et les femmes se sont levés et sont sortis, et le Messager d’Allah a consommé son mariage avec moi dans notre maison. Aucun chameau n’a été abattu pour moi et aucun mouton n’a été abattu pour moi jusqu’à ce que Sa’d, fils d’Ubada, nous envoie un bol de raisins, qu’il envoyait au Messager d’Allah chaque fois qu’il se rendait auprès de ses épouses. A cette époque, j’étais une fille de neuf ans.
Musnad Ahmad Ibn Hanbal, volume 6, page 211

Pour étayer son affirmation selon laquelle elle était une enfant innocente qui ne comprenait pas ce qui se passait autour d’elle, elle a inventé un autre récit dans lequel elle affirmait que lorsqu’elle s’est mariée au Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille), elle avait encore les poupées avec lesquelles elle avait l’habitude de jouer.

Les rapports des musulmans sur l’autorité d’Urwa, sur l’autorité d’Aisha:

Le Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille pure) l’a épousée lorsqu’elle était une fille de sept ans et qu’elle a été emmenée dans sa maison en tant qu’épouse à neuf ans, et ses poupées étaient avec elle ; et quand il (le Prophète) est mort, elle avait 18 ans.
Sahih Muslim, volume 4, page 142

De plus, elle a affirmé qu’elle continuait à jouer avec ses poupées même après son déménagement au domicile conjugal et que le plus grand prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) la trouverait apaisante et l’aiderait à jouer avec ses petits amis même s’ils le fuyaient parce qu’ils avaient peur de lui.

Muslim rapporte sur l’autorité de Hisham, fils d’Urwa, sur l’autorité d’Aisha :

Elle avait l’habitude de jouer avec les filles en présence du Messager d’Allah (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa pure famille). Elle dit: “Mes amis venaient à moi et se cachaient du Messager d’Allah”. Elle dit : “Le Messager d’Allah les appellera donc à jouer avec moi.
Sahih Muslim, volume 7, page 135, et de même dans Sahih Ibn Hiban, volume 13, page 174, et Mu’jam al-Tabarani, volume 23, page 21

Ibn Sa’d a fait un rapport sur l’autorité d’Urwa, sous l’autorité d’Aisha, qu’elle a dit:

Un jour, alors que je jouais avec des filles, le Messager d’Allah m’a surpris et m’a dit : “Qu’est-ce que c’est, O Aisha ? Alors elle a dit : “Le cheval de Sulayman”. Et il a ri.
Al-Tabaqat al-Kubra, volume 8, page 62

C’est ainsi qu’Aisha a essayé de faire tenir ce récit fictif de sa jeunesse lorsqu’elle a épousé le plus grand des prophètes (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille pure), sauf que peu importe les efforts déployés par les créateurs du faux récit pour le faire tenir, il s’effondre comme on peut le voir. Répondons maintenant à ces mensonges en fonction des faits historiques, même ceux enregistrés dans les sources appartenant à la secte “sunnite”..

Premièrement, si les affirmations d’Aisha avaient été vraies, elle ne se serait pas contredite. Nous avons déjà vu la différence entre le fait qu’elle dise que, lorsqu’elle s’est mariée, elle était une fille de six ans et le fait qu’elle dise “une fille de sept ans”. Les deux déclarations sont rapportées sous l’autorité de son neveu, Urwa.

Ensuite, Boukhari raconte sur l’autorité d’Hisham sur l’autorité de son père qui a dit:

Khadija est décédée trois ans avant le départ du Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille pure) pour Médine. Il a laissé passer deux ans, plus ou moins, puis il a épousé Aisha, une fille de six ans. Puis il a consommé son mariage avec elle quand elle était une fille de neuf ans.
Sahih al-Bukhari, volume 4, page 252

Les opposants à Ahlul Bayt traitent cette narration comme si elle était également narrée sur l’autorité d’Aisha elle-même, comme le dit Ibn Hajar:

Cela semble déconnecté, mais étant donné qu’il est raconté par “Urwa”, avec sa connaissance détaillée de la biographie d’Aisha, il est également considéré comme raconté sur son autorité.
Fath al-Bari fi Sharh Sahih al-Bukhari, par Ibn Hajar al-Asqalani, volume 7, page 175

Cette narration signifierait que le mariage d’Aisha n’aurait pu avoir lieu que l’année précédant le Hijra puisqu’elle était une fille de six ans car, après la disparition de Khadija (bénédictions d’Allah sur elle), le Prophète (paix et bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) a laissé passer deux ans, plus ou moins, sans se remarier. Khadija (sur elle la paix) est décédée trois ans avant la Hijra. Ensuite, le fait qu’il ait consommé son mariage avec Aisha quand elle avait neuf ans n’a pu avoir lieu que deux ans après l’Hijra car c’est l’intervalle de temps entre ses six ans et ses neuf ans. Aisha n’aurait eu que neuf ans deux ans après l’Hijra. Sur cette base, la durée de sa vie avec le Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) ne pouvait pas dépasser huit ans car, comme chacun sait, il a été martyrisé en l’an dix (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille).

Cela contredit ce qu’Aisha a affirmé selon la narration de Muslim mentionnée ci-dessus – qui dit qu’elle a été emmenée comme épouse, avec ses poupées, à la maison du Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur Lui et sa pure famille) quand elle était une fille de neuf ans et qu’il est mort quand elle était une fille de dix-huit ans, ce qui signifie qu’elle a vécu avec lui pendant neuf ans. Ceci est confirmé dans une autre narration de Bukhari sur l’autorité de Hisham sur l’autorité de son père, également sur l’autorité de Aisha:

Le Prophète l’a épousée lorsqu’elle était une fille de six ans et elle a été emmenée dans sa maison lorsqu’elle était une fille de neuf ans et elle a vécu avec lui pendant neuf ans.
Sahih al-Bukhari, volume 6, page 134

Les narrations s’annulent mutuellement. Si la première est authentique, alors la durée pendant laquelle Aisha a vécu avec le Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) n’était pas de neuf ans, et si la seconde est authentique, alors le Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) ne l’a pas épousée l’année précédant la hijra ou deux ans après le décès de la mère des croyants, Khadija.

C’est une autre contradiction dans laquelle A’isha s’est laissée tomber, même si les deux dictons sont racontés selon la même chaîne de narration, à savoir Hisham sur l’autorité de son neveu, Urwa. Cette contradiction montre le mensonge et la fabrication. La secte “sunnite” ne peut pas nuancer en disant que ces récits sont faibles parce qu’ils ont décidé qu’ils sont tous authentiques et qu’ils sont sans aucun doute sous l’autorité d’Aisha.

Troisièmement, Aisha a affirmé que le Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) a dit:

Oh Allah! En particulier, renforcez l’Islam avec Omar, fils de Khattab.
Mustadrak al-Hakim, volume 3, page 83

Nous ne sommes pas en train de réfuter cette narration, ni de prouver qu’elle a été fabriquée par Aisha ; nous voulions seulement nous appuyer sur elle pour prouver un point. Nous disons que cette narration aurait été prononcée avant qu’Omar n’ait commencé à se faire passer pour un musulman sous prétexte que son Islam était venu en réponse à la prière du Messager d’Allah (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille). Aisha affirme qu’elle l’a entendue du Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) et qu’elle la raconte directement de lui.

Selon la secte “sunnite”, la conversion d’Omar à l’islam a eu lieu la sixième année après le début de la mission prophétique, c’est-à-dire environ sept ans avant l’Hégire. Il a été dit plus haut qu’Aisha était une fille de six ans l’année précédant l’Hijra, ce qui signifie que sept ans avant l’Hijra, elle était encore soit dans le ventre de sa mère, soit un enfant allaitant incapable de penser rationnellement. Comment aurait-elle pu entendre ou avoir connaissance de cette narration prétendument prononcée par le Prophète le plus saint (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille)?

Si ce qu’elle prétend sur sa jeunesse et sur le fait qu’elle était une fille de six ans lorsqu’elle s’est mariée est vrai, elle n’avait pas à attribuer faussement cette narration fabriquée au Messager d’Allah (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille pure). Et si elle n’était pas authentique, alors l’argument est toujours prouvé, c’est-à-dire qu’elle était beaucoup plus âgée que cela, car selon la revendication, elle a entendu la narration, l’a comprise et l’a racontée.

C’est une troisième contradiction à ajouter aux contradictions susmentionnées qui prouvent qu’il s’agit d’une fabrication et d’un mensonge. Pourtant, le plus dommageable est qu’elles sont toutes racontées à travers une authentique chaîne de transmission sur l’autorité d’Hisham, sur l’autorité de son père, Urwa. Comment y échapper ?

Quatrièmement, Ibn Qutayba commente le récit d’Aisha sur son mariage quand elle était une fille de neuf ans :

Elle a vécu jusqu’à l’époque où Mu’awiya était le calife et elle est décédée en l’an 58, alors qu’elle avait presque 70 ans. On lui a demandé : “Allons-nous t’enterrer à côté du Messager d’Allah ?” Elle a répondu: “Mais j’ai mal agi. Enterre-moi avec mes sœurs.” Elle a donc été enterrée à Baqi’. [cemetery] et elle a légué à Abdallah, fils de Zubayr.
Al-Ma’arif, par Ibn Qutayba, page 29

Al-Birri a déclaré:

Elle est décédée la 59ème année après l’Hijra, vers la fin du règne de Mu’awiya en tant que calife. Elle avait près de 70 ans. C’était un lundi soir, la veille du 17 Ramadan.
Al-Jawhara fi Nisab al-Nabi wa Ashabihi al-‘Ashara, par Al-Birri, volume 1, page 216

Ibn Abd Rabbih a dit:

Après sa mort, elle a vécu jusqu’aux jours de Mu’awiya et elle est morte en la 58e année. Elle avait près de 70 ans.
Al-Iqd al-Farid, par Ibn Abd Rabbih, volume 2, page 71

Al-Maqdisi a dit:

Il a épousé Aisha à Makkah l’année précédant le Hijra (…) Aisha est décédé au temps de Mu’awiya. Elle avait près de 70 ans. Il lui dit : “Ne devrions-nous pas t’enterrer dans ta maison avec le Messager d’Allah ? Elle répondit : “Non. J’ai fait du tort après sa mort.
Al-bid’ wa al-Tarikh, par Al-Maqdisi, volume 1, page 260

Sur cette base, Aisha aurait eu environ douze ans l’année précédant la Hijra, l’année où le plus grand prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille pure) l’a épousée (comme mentionné ci-dessus). Qu’elle est donc loin de dire qu’elle était une fille de six ou sept ans !

Même si nous devions travailler sur la présomption que ce qu’ils entendaient par “près de 70 ans” à sa mort signifiait qu’elle s’était rapprochée de l’âge de 67 ans – comme certains d’entre eux l’ont déclaré – alors elle aurait été une fille de neuf ans au moment de son mariage, et non une fille de six ou sept ans, si ce n’est que nous rejetons également leur récit selon lequel elle s’est mariée l’année précédant la Hijra. Nous renvoyons à l’objection soulevée au deuxième point (ci-dessus). Il est démontré qu’il y a une contradiction qui réfute son affirmation.

Cinquièmement, Ibn Hajar al-Asqalani parle d'”Asma”, fille d’Abou Bakr:

Elle était la mère d’Abdallah, fils d’Al-Zubayr. Elle est devenue musulmane il y a longtemps à Makkah et a prêté allégeance au Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille pure). Elle avait dix ans de plus qu’Aisha et est morte moins d’un mois après que son fils ait été tué. Elle avait cent ans. C’était en l’an 73.
Subul al-Salam, par Ibn Hajar al-Asqalani, volume 1, page 39

Al-Baihaqi et Al-Dhahabi racontent sur l’autorité d’Ibn Abi al-Zinad qu’il a dit:

Asma, fille d’Abou Bakr, avait dix ans de plus qu’Aisha.
Sunan al-Baihaqi, volume 6, page 204, and Siyar A’lam al-Nubala’, par Al-Dhahabi, volume 2, page 289

De même, Al-Nawawi raconte sur l’autorité de Hafiz Abu Na’im qu’il a dit:

Asma est né 27 ans avant la Hijra du Messager d’Allah (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille). Son père, Abou Bakr, avait 21 ans quand elle est née.
Tahdhib al-Asma’, par Al-Nawawi, volume 3, page 223

La conclusion que l’on peut tirer de ces récits est qu’Asma avait 27 ans l’année précédant l’Hijra, et étant donné qu’elle avait dix ans de plus que sa sœur A’isha, l’âge d’Aisha était d’environ 17 ans à cette époque. C’est l’année où elle s’est mariée.

On est loin de l’affirmation qu’elle était une fille de six ou sept ans. Le Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille pure) a donc consommé son mariage avec elle lorsqu’elle avait presque 20 ans, et non une fille de neuf ans.

C’est ainsi que le mensonge d’Aisha est dévoilé. Elle avait l’intention de prétendre être plus jeune et de tromper les gens en leur faisant croire qu’elle était une enfant innocente mariée contre son gré à un vieil homme. Aisha avait presque 20 ans à l’époque, ce qui signifie qu’elle était une femme adulte et non une enfant comme elle le prétendait.

La différence d’âge entre elle et le Prophète (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) était d’environ 33 ans, ce qui est bien inférieur à la différence d’âge entre Joseph le charpentier et Notre-Dame, la Vierge Marie (que la paix soit sur elle) lorsqu’elle s’est mariée ou lorsqu’ils se sont fiancés. L’âge de Marie se situait entre 12 et 14 ans, tandis que celui de Joseph était d’environ 90 ans.

The Catholic Encyclopedia rapporte:

…un homme respectable pour épouser Marie, alors âgée de douze à quatorze ans, Joseph, qui avait à l’époque quatre-vingt-dix ans.

Cela signifie que la différence d’âge entre Joseph et Marie était d’environ 77 ans. C’est plus du double de la différence entre le prophète Muhammad (que la paix et les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa pure famille) et Aisha. Alors pourquoi n’y a-t-il pas de tollé sur cette question aussi ?

Le Bureau du Sheikh al-Habib

The Office Of His Eminence Sheikh al-Habib