Omar était-il connu pour boire du vin ?

Omar était-il connu pour boire du vin ?

Omar était-il connu pour boire du vin ? 1920 1080 The Office Of His Eminence Sheikh al-Habib

QUESTION:

Umar, fils de Khattab, était bien connu pour sa dépendance à l’alcool pendant la Jahiliya. Il a admis par lui-même qu’il était l’un de ceux qui consommaient le plus d’alcool ! Ce qui suit a été rapporté dans les sources “sunnites” :

Je faisais partie des personnes qui en consommaient le plus (c’est-à-dire l’alcool) pendant la Jahiliya.
Al-Bidaya wal-Nihaya, by Ibn Katheer, volume 3, page 101

Il a été mentionné dans un livre écrit dans le but de défendre la religion sunnite qu’Omar, fils d’al-Khattab, a continué à boire de l’alcool jusqu’à ce qu’Allah (Glorieux et Exalté soit-Il) révèle ce qui suit :

Satan cherche à susciter parmi vous l’inimitié et la haine par l’alcool et le jeu, et à vous détourner du souvenir d’Allah et des prières. Allez-vous donc vous abstenir ?
Le coran 5:92

Après que cela ait été révélé, Omar a dit :

Je m’abstiens ! Je m’abstiens !
Difa’ ‘an al-Sunnah, page 62

Savez-vous approximativement quand ce verset a été révélé ? Et donc savoir quand Omar a arrêté de boire de l’alcool ? Je crois que pour connaître cette question, il faut savoir quand le verset a été révélé !

Je veux que vous me fournissiez des recherches détaillées basées sur des éléments de preuve fiables afin que je puisse les utiliser pour discuter avec les adeptes de la tradition d’Omar (que la malédiction d’Allah soit sur lui et sur eux aussi). Ils affirment qu’il existe différents types de vin, des types qui provoquent une intoxication et des types qui n’en provoquent pas et qu’Omar (qu’Allah le maudisse) avait l’habitude de consommer ce type de vin non toxique. Les deux types sont-ils interdits selon la loi islamique ?


RÉPONSE:

Au nom d’Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.
Qu’Allah bénisse Mohammed et sa famille et maudisse leurs ennemis.

Nous avons déjà évoqué cette question lors de certaines de nos conférences, dans lesquelles nous avons abordé ce sujet en trois points principaux :

  • Le premier point : Ce verset que vous avez cité est tiré de la sourate al-Ma’ida qui est le dernier chapitre du Coran qui a été révélé. Elle a été révélée lorsque le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille) revenait de la Mecque à Médine.

Ibn Kathir a rapporté plusieurs récits dans son Tafseer qui confirment que la sourate al-Ma’ida était le dernier verset du Noble Coran qui a été révélé. Il a rapporté la narration d’Abdullah, fils d’Amru, fils d’Al-Aas, sur l’autorité d’Al-Tirmidhi et d’Al-Hakem :

” Le dernier chapitre qui a été révélé était Al-Ma’ida et Al-Fath “. De plus, il a raconté la narration de Jubayr, fils de Nufayr, sur l’autorité d’Al-Hakem : ” J’ai accompli le Hajj, puis je suis entré chez Aïcha, et elle m’a dit “Moi, Jubayr, tu lis Al-Ma’ida ?” J’ai répondu : “Oui.” Elle m’a répondu : “C’est le dernier chapitre qui a été révélé, donc tout ce qui y est permis devient légal, et tout ce qui y est interdit devient illégal.” Al-Hakem a décrit cette narration comme étant authentique et basée sur les normes d’Al-Shaykhayn”
Bukhari et Muslim. – Voir Tafseer Ibn Kathir, volume 2, page 3

  • Le deuxième point : Il est un consensus que ce verset a été révélé après le Hajj d’adieu (c’est-à-dire le dernier Hajj accompli) du Prophète (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille). Ibn Kathir a rapporté dans son Tafseer la narration d’Ahmad, fils de Hanbal, et d’Ibn Mardawayh, qui dit que ce verset a été révélé au Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille) alors qu’il montait son chameau et cela :

“…à cause de son poids, il allait frapper le cou du chameau…”
Tafseer Ibn Kathir, volume 2, page 3

Le temps écoulé entre le Hajj d’adieu et le martyre du Prophète (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) était d’environ deux mois.

De plus, aucun groupe ne prétend que ce verset a été révélé séparément du reste de la sourate al-Ma’ida, et nous savons donc qu’il a été révélé pendant

le Hajj d’adieu du Prophète, qui a eu lieu environ deux mois avant son martyre – que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille.

  • Le troisième point : Plusieurs récits s’accordent à dire que ce verset a été révélé en condamnation d’Omar, fils d’al-Khattâb, lorsqu’il a bu de l’alcool et s’est enivré, ce à quoi le Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille) a intensivement reproché à tel point qu’il l’a frappé avec quelque chose qu’il portait à la main !

Cet incident a été rapporté par Shihab-ul-Deen al-Abshayhi :

Allah (Il est exalté) a révélé trois versets concernant l’alcool : Le premier d’entre eux est Sa Parole (Il est exalté) : “Ils t’interrogent sur l’alcool et le jeu. Dites : “Il y a en eux un malheur et un moyen de faire du profit pour les gens. Cependant, son mal est plus grand que son mérite. Et ils vous demandent à quoi ils doivent dépenser. Dites : “Ce que vous pouvez épargner”. Ainsi Allah vous fait comprendre les signes, afin que vous puissiez réfléchir.
Le Coran 2:220

Après quoi il y avait parmi les musulmans des gens qui continuaient à boire et d’autres qui arrêtaient de boire, jusqu’à ce qu’un homme boive et fasse la prière et commence à avoir des hallucinations. C’est alors que Sa Parole (Il est exalté) a été révélée :

O vous qui croyez, ne vous approchez pas des prières lorsque vous êtes en état d’ébriété, afin que vous puissiez savoir ce que vous dites.
Le Coran 4:44

Après quoi il y a eu parmi les musulmans des gens qui ont continué à boire et des gens qui ont arrêté de boire, jusqu’à ce qu’Omar (qu’Allah l’agrée) en boive, et il s’est emparé de la mâchoire d’un chameau et avec elle il a frappé la tête d’Abdul-Rahman, fils d’Awf, et a causé une coupure sur celle-ci, puis il s’est assis pour se lamenter sur les morts pendant la bataille de Badr avec le poème d’Al-Aswad, fils de Ya’far, qui dit

“Dans le puits de Badr, il y a de nobles Arabes et de jeunes hommes !
Le fils de Kabsha promet-il que nous allons disparaître, et vivre une vie d’extrême soif ?
Est-il incapable de repousser la mort loin de moi et de me disperser si mes os se désintègrent ?
Que celui qui informera le Tout Miséricordieux en mon nom que j’abandonnerai le mois de jeûne,
Dis à Allah de m’empêcher de boire, et dis à Allah de m’empêcher de manger !”

Cette nouvelle parvint au Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sur sa famille), alors il s’en alla en colère en traînant son manteau, et il souleva quelque chose qu’il tenait dans sa main et le frappa (Omar) avec. Puis il (Omar) a dit :

“Je cherche un refuge en Allah contre sa colère et la colère de son Messager.” ” Alors, Allah (le Très-Haut) a fait la révélation suivante : “Le Diable cherche à susciter parmi vous l’inimitié et la haine par l’alcool et le jeu, et à vous détourner du souvenir d’Allah et des prières. Vous abstiendrez-vous donc ?(Le Coran 5:92) Alors Omar a dit : “Je m’abstiens ! Je m’abstiens !” Je m’abstiens !
Al-Mustatraf, par Shihab-ul-Deen al-Abshayhi, volume 2, page 291. Al-Zamakshari l’a rapporté dans son livre, Rabi’ul-Abrar

Lorsque les versets précédents qui interdisent l’alcool ont été révélés, Omar a tenté de fuir la confirmation donnée dans les versets concernant l’illégalité de l’alcool afin de continuer sa consommation régulière d’alcool.

Al-Hakem rapporte ce qui suit sur l’autorité d’Abi-Maysara, qui a dit

“Quand l’interdiction de l’alcool a été révélée, Omar (qu’Allah l’agrée) a dit “O Allah, donne-nous une clarification claire sur l’alcool !” Le verset suivant de la sourate al-Baqarah fut alors révélé : “Ils vous interrogent sur l’alcool et le jeu…” (Le Coran 2:220) On a alors demandé à Omar (qu’Allah l’agrée) de l’abandonner (c’est-à-dire l’alcool), a-t-il dit : “O Allah, donne-nous une clarification claire sur l’alcool !” Ensuite, le verset d’Al-Ma’ida a été révélé, et on a demandé à Omar de l’abandonner, et il a été lu devant lui, et quand le récitant est arrivé à la partie : “Vous abstiendrez-vous donc ?” (Le Coran 5:92), Omar (qu’Allah l’agrée) dit “Je m’abstiens ! Je m’abstiens !”
Mustadrak al-Hakem, volume 2, page 278

Faites attention au mot suivant d’Abi-Maysara :

“Quand l’interdiction de l’alcool a été révélée…”

il parle du verset qui a rendu l’alcool illégal, ce qui signifie que les musulmans ont compris que ce verset interdisait la consommation d’alcool. Cependant, Omar insistait toujours sur le fait que ce verset n’était pas assez clair en déclarant que l’alcool était interdit, et il a continué à le faire jusqu’à ce que le reste des versets soit révélé ! Cela révèle le fait qu’Omar avait une si grande passion pour l’alcool et qu’il insistait toujours pour en boire !

Des versions similaires de cette narration ont été rapportées par beaucoup, telles que

  • Al-Tirmidhi (Sunan al-Tirmidhi, volume 4, page 319)
  • Al-Bayhaqi (Sunan al-Bayhaqi, Volume 4, page 143)
  • Ahmad (Musnad Ahmad, son of Hanbal, volume 1, page 53), et beaucoup d’autres!

Et lorsque le dernier verset concernant la prohibition de l’alcool a été révélé par Allah, le Maître (Il est Glorieux et Exalté), Omar est devenu si mécontent qu’il a dit que l’alcool était devenu perdu pour lui à jamais après ce jour où Allah (Il est Exalté) l’a comparé au jeu ! Al-Suyuti rapporte ce qui suit sur l’autorité d’Ibn Jareer, de Sa’eed, fils de Jubayr, qui a dit

Quand le verset “Ils vous interrogent sur l’alcool et le jeu…” (Le Coran 2:220), certaines personnes n’ont pas aimé à cause de ses paroles : “…Il y a en eux un malheur…” et certains le buvaient à cause de Sa parole : “…et des moyens de profit pour les gens…” Lorsque le verset suivant a été révélé : “O vous qui croyez, n’approchez pas des prières pendant que vous êtes enivrés…” (Le Coran 4:44), ils le laissaient quand ils faisaient des prières et le buvaient quand ils ne faisaient pas de prières. Lorsque le verset suivant a été révélé : “En effet, l’alcool et le jeu…” (Le Coran 5:91) a dit Omar : “Aujourd’hui, il est perdu pour toi ! Il a été comparé aux jeux de hasard !
Al-Durr al-Manthour, par Al-Suyuti, volume 2, page 317

Maintenant que vous connaissez ces trois points, vous savez peut-être qu’Omar, fils d’al-Khattab, a continué à boire de l’alcool pendant les deux époques, la Jahiliya et l’ère islamique, et au moins jusqu’à environ deux mois avant le martyre du Noble Prophète (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille). Nous disons “au moins” parce qu’il n’a pas dit qu’il s’abstiendrait de boire de l’alcool avant que le verset de la sourate al-Ma’ida ne soit révélé, ce qui est le dernier chapitre du Noble Coran qui a été révélé environ deux mois avant le martyre du Prophète.

Omar a continué à boire de l’alcool sous le nom de “vin”, et les récits des sunnites sont nombreux sur cette question. A titre d’exemple, Al-Muttaqi al-Hindi raconte la suite d’Anas, fils de Malik, qui a dit

La nourriture la plus aimée d’Omar était le “Thafl”, et sa boisson la plus aimée était le vin.
Kanz-ul-Ummal, par Al-Muttaqi al-Hindi, volume 12, page 626

Il était un immense amateur de vin. Une fois, on lui a donné du vin fait à partir de raisins secs, il a donc demandé de l’eau et l’a versée sur le vin, et il l’a bu. Puis il a dit :

Le vin d’Al-Ta’if est fantastique !
Al-Mabsout, par Al-Sarkhasi, volume 24, page 8

Thafi signifie tout ce qui peut être consommé à partir de dattes, de pain ou de céréales

Omar justifiait sa consommation de vin en disant qu’il aidait à digérer la viande de chameau. Al-Bayhaqi rapporte sur l’autorité d’Amru, fils de Maymoun, qui a dit

dit Omar (qu’Allah l’agrée) : “Je bois un vin qui coupe la chair du chameau dans mon estomac afin qu’il ne nous fasse pas de mal !
Sunan al-Bayhaqi, Volume 8, page 299

Il ne lui suffisait pas de garder cette habitude pour lui, mais il avait l’habitude d’inviter les gens à le faire, affirmant que la consommation d’alcool renforce la colonne vertébrale et aide à la digestion ! Il avait l’habitude de dire :

Buvez ce vin dans ces récipients, car en effet, il renforce la colonne vertébrale et digère tout ce qui se trouve dans l’estomac, et il ne vous subjuguera pas tant que vous trouverez de l’eau !
Kanz-ul-Ummal, par Al-Muttaqi al-Hindi, volume 5, page 522

Il (qu’Allah le maudisse) était tellement accro à l’alcool qu’il a exprimé son immense passion pour l’alcool même sur son lit de mort! Ceux qui étaient autour de lui l’ont dit:

Quelle est la boisson qui vous est la plus chère ? Sur quoi il a dit : “Le vin.
Sunan al-Bayhaqi, Volume 3, page 113

Quant à son autorisation de boire de l’alcool à condition de le mélanger à de l’eau afin d’en diminuer la concentration, voici sa source:

Omar, fils d’al-Khattab (qu’Allah l’agrée), a dit : “Si vous craignez l’intensité d’un certain vin, mélangez-le avec de l’eau”.
Sunan al-Bayhaqi, Volume 8, page 326

Malgré le ridicule à mélanger le vin avec de l’eau pour justifier son autorisation, les “sunnites” racontent encore qu’Omar (qu’Allah le maudisse) avait l’habitude de boire du vin intense sans le mélanger avec de l’eau !

On raconte que notre maître, Omar (qu’Allah l’agrée), buvait du vin fort et disait : “Nous allons abattre les chameaux et leurs cous appartiennent à la famille d’Omar, et rien ne peut les couper sauf le vin fort !”
Bada’i’-ul-Sana’i’, by Alaa’ul-Deen al-Kasani al-Hanafi, volume 5, page 116

L’amour et la passion d’Omar pour l’alcool ont continué jusqu’aux derniers moments de sa vie, c’est-à-dire lorsqu’il a fait face à la mort après le coup de couteau béni dans son estomac. Al-Khateeb al-Baghdadi raconte sur l’autorité d’Amru, fils de Maymoun, qui a dit:

J’étais présent quand Omar a été poignardé. On lui a apporté un vin intense et il l’a bu.
Tareekh Baghdad, by Al-Khateeb al-Baghdadi, volume 6, page 154

Soyons attentifs ici à la façon dont le fils de Maymoun a décrit ce vin comme “intense”, c’est-à-dire que ce n’était pas un vin “doux” qui ne provoque pas l’ivresse !

Comme d’habitude, les érudits “sunnites” ont dû créer un nouveau jugement qui est en harmonie avec la tradition d’Omar (qu’Allah le maudisse) et qui contredit la tradition du Messager d’Allah (que les bénédictions d’Allah soient sur lui et sa famille), et c’est pourquoi ils ont dit qu’il est permis de boire du vin tant que cela ne provoque pas l’ivresse ! Mais si une personne s’enivre, cela lui devient interdit!

Al-Shafi’i a déclaré:

Certains ont dit que l’alcool est interdit, que les boissons enivrantes ne deviennent interdites que si l’on s’enivre, et que l’on ne punit pas celui qui boit un type de vin enivrant à moins qu’il ne s’enivre. C’est ce qu’ont dit certaines personnes : Comment pouvez-vous vous opposer à ce qui a été raconté du Prophète (que la bénédiction d’Allah soit sur lui), et confirmé d’Omar, et raconté d’Ali, alors qu’aucun des compagnons du Messager d’Allah (que la bénédiction d’Allah soit sur lui) n’a dit quoi que ce soit pour s’opposer à lui ? Il a dit : Nous avons raconté qu’Omar a infligé la punition à un homme qui avait bu un peu de sa boisson. Nous avons dit : Vous avez raconté cela d’une personne qui, selon vous, est inconnue et dont la narration n’est pas un argument. Il a dit : Comment peut-on savoir ce qui conduit à l’intoxication? Nous avons dit : Nous n’appliquons pas la peine à quiconque ne s’intoxique pas, à moins qu’il ne dise : “J’ai bu de l’alcool”, ou que quelqu’un témoigne contre lui, ou qu’il dise : “J’ai bu quelque chose d’intoxicant”, ou qu’il boive dans un pot avec d’autres personnes et qu’il provoque l’intoxication de certaines d’entre elles – ce qui prouve que ce qu’elles ont bu était intoxicant. Cependant, si la question n’est pas claire, la sanction n’est pas exécutée, et l’on n’est pas désapprouvé pour ses actions ; parce que soit la sanction est exécutée, soit elle devient autorisée, soit la question n’est pas claire. Si la question n’est pas claire, la sanction n’est pas exécutée. Les gens ne peuvent être punis que pour des choses qui sont certainement claires.
Al-Umm, par Al-Shafi’i, volume 6, page 156

Il est évident qu’un tel jugement contredit le principe qui dit que toutes les substances intoxicantes sont interdites, en plus du principe qui dit que tout ce qui conduit à l’intoxication si on le boit en grande quantité ; il devient interdit même si on le boit en petite quantité. De plus, ce jugement ouvre une porte à toute personne avide de s’intoxiquer, dans laquelle on peut boire du vin tout en prétendant que cela ne l’intoxique pas!

Quant à la narration qu’Al-Shafi’i a indiquée, c’est celle qui dit qu’un homme a bu dans une bouteille de vin qui appartenait à Omar, sur laquelle Omar a exécuté le châtiment sur lui. L’homme s’est opposé à ce jugement, en disant:

Je n’ai bu que dans ta bouteille !” C’est ce qu’a dit Omar : “Je t’ai fouetté parce que tu t’es intoxiqué, pas parce que tu as bu!
Al-Aqd al-Fareed, by Ibn Abd Rabbih, volume 1, page 341

C’est ainsi qu’Omar et les universitaires qui l’ont suivi ont déclaré qu’il n’y avait pas de problème à boire du vin tant qu’on ne s’intoxique pas!

Cependant, selon nous, les disciples du Noble Prophète et sa pure Maison (que la paix soit sur eux), le vin (en arabe : Nabeedh) est égal à l’alcool ; il est interdit et impur car c’est un type d’alcool qui est fabriqué à partir de types de fruits, de légumes et de grains autres que le raisin, comme les raisins secs, les dattes et l’orge. Il a été nommé “Nabeedh” (c’est-à-dire vin) parce qu’il est extrait (en arabe : Nabdh) de sa source principale jusqu’à ce qu’il soit fermenté puis bouilli, ce qui devient enfin une matière enivrante. Les “sunnites” prétendent qu’il existe des types de vin qui ne sont pas enivrants ; c’est une affirmation sans fondement et sans preuve. C’est parce que les Arabes n’utilisent le terme “Nabeedh” (c’est-à-dire le vin) que pour désigner des substances intoxicantes, comme le mentionnent les auteurs de dictionnaires. As for other types of intoxicating drinks, such as beer made from barley (in Arabic: Ma’ul-sha’eer), it’s not referred to as “Nabeedh”, but rather as “Ma’ul-sha’eer”.

Ibn Mandhour dit dans Lisan-ul-Arab:

Nabeedh’ est bien connu, c’est le terme singulier du mot “Anbadha”. Al-Lahyani a dit : “Nabadha tamran ja’alahu nabeedhan” (Il extrait – les substances – des dattes et les transforme en vin). Il a également dit : “Anbadha fulan tamran” (telle une personne a extrait – les substances – des dattes). Il a dit : Il a été nommé “Nabeedh” parce que celui qui le fabrique prend des dattes ou des raisins secs et en extrait les substances dans de l’eau dans un récipient ou une casserole, puis les laisse bouillir jusqu’à ce qu’ils deviennent intoxiquants.
Lisan-ul-Arab, par Ibn Mandhour, volume 3, page 511

Le Bureau du Sheikh al-Habib

The Office Of His Eminence Sheikh al-Habib